>> Accueil Cahiers JaursN 203, janvier-mars 2012

N 203, janvier-mars 2012 : Georges Haupt, lInternationale pour mthode

Maria Grazia Meriggi

Introduction

Texte intégral

Lhistorien qui prsentait le livre regroupant plusieurs essais de Georges Haut en 19781, quelques mois aprs sa mort prmature, indiquait avec prcision loriginalit de sa dmarche, principalement axe autour de deux thmes: dune part, la volont ddifier une histoire quon pourrait aujourdhui dfinir comme une histoire sociale des institutions dune grande organisation (en loccurrence la Deuxime Internationale, mais cette mthode pourrait ventuellement sappliquer dautres institutions); dautre part lambition dcrire une histoire distance de celle quil appelait stalinienne, qui figeait le bouillonnement complexe et passionnant des expriences des travailleurs associs en des monuments uniquement consacrs la lgitimation dune politique. Cette histoire politique caricaturale, tout comme le stalinisme, nexistent plus, mais tout lecteur peut aisment imaginer dautres histoires politiques consacres lapologie dautres entreprises mainstream. Lhistoire de Haupt est en mme temps reste loigne dune histoire trs pratique dans ces annes-l, uniquement intresse par les moments de rvoltes et de rbellions, et par cela mme incapable de comprendre les conditions qui en permettent la formation et lclosion. On retrouve l encore sur ce point des chos contemporains, avec lclatement des cadres de lhistoire des mondes du travail en une quantit dhistoires particulires, qui sexpriment parfois dans une manire sectaire dcrire, ainsi par exemple avec les gender studies.

Loriginalit de lapproche de Georges Haupt, la richesse complexe de son rseau de relations internationales bien atteste dans le numro que nous proposons ici aurait pu assurer un grand avenir une vritable cole inspire par lui malgr sa disparition si prcoce. Aujourdhui il sagit de revendiquer non seulement sa mmoire, mais lactualit dune mthode malheureusement oublie cause de lclipse ou la suppose clipse des sujets quil avait tudis. Jai eu loccasion de parler des raisons de cette clipse apparente et des conditions de lmergence dun intrt renouvel pour les thmes dhistoire sociale chers Haupt dans une sorte de bilan; je renvoie ce texte2 en en citant ici un extrait:

Les rebondissements [de lhistoire europenne] qui ont pouss tant de jeunes historiens un certain dsinvestissement dans les recherches relatives lhistoire du socialisme ont frapp tout particulirement les historiens du monde du travail. Mais cette constatation prsente un aspect contradictoire. La discipline se porte en effet trs bien, loin dsormais de toute tentation hagiographique dans la narration des organisations ouvrires et elle ralise un croisement fcond dhistoire sociale, dhistoire des territoires et de lenracinement des associations de travailleurs, permettant une histoire gnrale tout fait remarquable. Stefano Musso, dans son expos au colloque annuel de lInternational Association of Labour History Institutions (Milan, 16-19 septembre 1998), avait dj observ que nous avions perfectionn notre mtier et enrichi notre bote outils, labri de lattention du public et de lexploitation publique de lhistoire. En mme temps, les recherches portant sur lhistoire des entreprises, des secteurs et des districts industriels, les recherches autour des professions et du management se sont mancipes dune longue priode hagiographique: elles participent dsormais une entreprise complexe de parcours dans le domaine des mondes du travail, comme Duccio Bigazzi lavait dj relev dans les annes 1980 3.

clipse apparente, permanence et renouvellement des intrts pour les thmes dune histoire sociale des mondes du travail et de leurs conditions de vie, y compris celle de leurs organisations et associations: cest un peu le mme tableau qua trac le colloque de la Fondation Jean Jaurs consacr lhistoire du socialisme, les 5 et 6 fvrier 2009 (Quest devenue lhistoire du socialisme?)4, tout comme le numro des Cahiers Jaurs publi quelques annes plus tt en 2007 et traitant, lui, de Madeleine Rebrioux et de lItalie5.

En effet, malgr les annes qui ont rendu presque mconnaissable le monde acadmique et intellectuel o Georges Haupt avait volu, au moment o jai demand les contributions aux auteurs de ce numro, outre des souvenirs, un ensemble de suggestions et dides nous a confirm dans notre intention: trente ans aprs sa mort (cette rflexion a commenc en effet en 2008), il tait temps de rouvrir un dossier Haupt bien au-del de la mmoire pieuse dun cher disparu, de prsenter lactualit dune mthode sur des sujets quil avait dj puissamment contribu installer au centre de lhistoire et de la culture des socits europennes.

Le sommaire de ce numro latteste. Dune part, il prsente des contributions dans les pas de Haupt, contributions qui montrent la vitalit de sa mthode (Bidussa, Candar, Ducange, Meriggi). Dautre part, il comprend des rflexions qui croisent lvocation dune personnalit et son rayonnement sur le travail de divers historiens (Dreyfus, Jemnitz, Lwy, Panaccione, Weill). Mariuccia Salvati de son ct revient, dans un texte passionnant, sur les rapports de Haupt avec Lelio Basso et sur les liens qui ont permis, entre autres, la naissance et le dveloppement de la Fondation du mme nom, ainsi que laffirmation de son rle au croisement de la politique et de la recherche.

Dans les recherches de Haupt, le thme des changes militants et intellectuels non seulement dans les pays capitalistes qui avaient vu natre les partis socialistes, mais aussi dans lEurope centrale et orientale, tait prsent depuis ses dbuts. Il a dvelopp cette orientation dans de nombreux articles et livres collectifs. Cette dmarche orientait aussi sa vie: il mettait constamment en relation hommes et femmes au croisement de la recherche et de la politique. Il est lun des trs rares historiens qui a soulign plutt les continuits sociales que les coupures politiques entre les Deuxime et Troisime Internationales, comme latteste la publication de la correspondance entre Camille Huysmans et Lnine dont il soccupa6. Son activit sest dploye aussi avec la direction de collections ditoriales et videmment dans son travail lcole des Hautes tudes en Sciences Sociales: il y a eu malheureusement nombre dactivits, comme ldition de sources et la direction de collections, qui se sont arrtes sa disparition.

Nous esprons que ce numro dhommage puisse mettre nouveau en discussion des problmes, des interrogations, des textes et on peut toujours rver susciter de nouvelles pistes de recherche dans un esprit daller et retour entre le pass et le prsent qui valorise le premier autant que le deuxime, mthode que Georges Haupt na jamais cess de pratiquer dans les diverses tapes complexes de sa vie, et qui ont galement t pour beaucoup les tapes tumultueuses du second vingtime sicle.

Notes de bas de page :

1.Franco Andreucci dans Georges Haupt, Linternazionale socialista dalla Comune a Lenin, Turin, Einaudi, 1978.
2.Maria Grazia Meriggi, Lhistoriographie sociale en Italie entre la formation conomique et sociale capitaliste et les sociabilits ouvrires (http://www.marxau21.fr). Cet article est la transcription de lintervention prononce le 30 octobre 2010 dans le sminaire Marx au XXIe sicle. Lesprit et la lettre (Universit de Paris 1), dirig par Jean-Numa Ducange, Isabelle Garo et Jean Salem.
3.Voir en particulier Duccio Bigazzi, Il Portello: operai, tecnici e imprenditori allAlfa Romeo, 1906-1926, Milan, FrancoAngeli, 1988.
4.Histoires du socialisme, Cahiers Jaurs, n191, janvier-mars 2009.
5.Madeleine Rebrioux entre France et Italie: regards croiss, Cahiers Jaurs, n183-184, janvier-juin 2007.
6.Correspondance entre Lnine et Camille Huysmans, 1905-1914, publie par G. Haupt, Paris, La Haye, Mouton, 1963.

Pour citer cet article :

Maria Grazia Meriggi, «Introduction », Cahiers Jaurs, N 203, janvier-mars 2012 : «Georges Haupt, lInternationale pour mthode», pp. 9-12.
En ligne : http://www.jaures.info/collections/document.php?id=1237