>> Accueil Cahiers JaursN 203, janvier-mars 2012

N 203, janvier-mars 2012 : Georges Haupt, lInternationale pour mthode

Jean-Numa Ducange et Marion Fontaine

Avant-propos

Texte intégral

Cest une grande satisfaction de pouvoir offrir aux lecteurs des Cahiers Jaurs ce numro consacr entirement lhistorien Georges Haupt, n en 1928 Satu Mare en Transylvanie roumaine et dcd soudainement Rome en 1978. travers le mlange des rflexions mthodologiques, des retours sur lhistoriographie, mais aussi des souvenirs et tmoignages personnels, nous avons en effet souhait revenir sur celui qui fut un acteur majeur de lhistoire des mouvements ouvriers pendant une dcennie 1968-1978 qui donna lieu une rencontre particulirement fconde entre dynamique scientifique et dynamique militante.

De cette rencontre, la vie mme de Georges Haupt a t lincarnation, une vie qui, linstar de celle du critique littraire et militant socialiste roumain Dobrogeanu-Gherea quil avait tudi dans lune de ses dernires communications, eut lallure dun tour de force permanent1. N dans une famille juive dEurope centrale, Haupt est dport adolescent Auschwitz. Aprs la guerre et le retour en Roumanie, il semble dabord emprunter les voies universitaires et politiques qui font de lui un historien de premier plan pouvant dj apparatre comme un intellectuel important du rgime. Mais, pris de libert intellectuelle, il rompt en 1958 les attaches et migre en France. Devenu son tour, comme ces militants quil tudia tant par la suite, un exil, il entame alors une deuxime carrire historienne, ancre la VIe section de lEPHE, puis lEHESS. Directeur dtudes partir de 1969, il prend en 1976 la direction du Centre dtudes sur lURSS et lEurope orientale. Ce passionn de revues, dhistoire ouverte du marxisme et du mouvement ouvrier, mais aussi damiti, ne pouvait manquer de croiser la route de la Socit dtudes jaursiennes2. Haupt entra dans notre conseil dadministration partir de 1967, peut-tre sur les encouragements dErnest Labrousse, qui dirigea sa thse, et sans doute sur ceux de Madeleine Rebrioux avec laquelle il fit paratre la mme anne un ouvrage portant sur la Deuxime Internationale dans ses relations lOrient3.

Avec Madeleine Rebrioux et bien dautres chercheurs europens, qui voulurent faire de leur engagement militant non un facteur daveuglement, mais une invite la dcouverte et la critique, Georges Haupt a dirig un nombre considrable de travaux. Il a aussi crit des dizaines darticles (certains dentre eux pour le Bulletin de la Socit dtudes jaursiennes, lanctre de nos Cahiers) et a contribu publier une multitude de textes mconnus issus de lhistoire du mouvement ouvrier. Il demeure nanmoins jusqu aujourdhui une figure peu connue, en dehors de ceux qui lont crois ou ont uvr avec lui lpoque (notamment loccasion des multiples sminaires dont il fut linitiateur) et de quelques spcialistes de lhistoire du socialisme (en particulier pour la priode davant 1914). Certes, les revues (Le Mouvement social, Les Cahiers du monde russe et sovitique) auxquelles il a collabor, les historiens avec lesquels il a travaill, lui ont rendu hommage juste aprs sa mort4, mais le silence ensuite est tomb, reflet peut-tre du temps dincertitude dans lequel est entre au mme moment lhistoire du mouvement ouvrier international.

Plus de trente ans aprs le dcs de Haupt, et alors que cette histoire a pris dautres chemins, emprunt dautres mots et dautres questionnements, il tait temps de rouvrir le dossier5. Au-del de lhommage rendu une uvre interrompue brutalement ce qui eut linconvnient, entre autres, de ne pas laisser Haupt le temps de publier une synthse qui aurait pu contribuer entretenir sa postrit頖 cest sur la mthode mme de lhistorien que les auteurs ont voulu insister. Lalliance dune rudition sans faille, de lattention porte aux pratiques militantes comme aux dbats dides, et dun grand intrt pour lhistoire lchelle internationale, sans oublier louverture dautres disciplines, telle que la sociologie, constitue encore des pistes osera-t-on dire un guide? pour les historiens daujourdhui. Nombre de contributeurs reviennent galement sur la trajectoire la fois personnelle, historienne et militante de Haupt. Ce dernier est rest peu disert sur cette trajectoire, notamment dans sa partie initiale. Elle permet pourtant dclairer la fois son uvre et sa mthode, et tmoigne en mme temps des bouleversements, parfois des dchirures historiques et historiographiques, quont connus mouvements et partis ouvriers europens durant le second XXe sicle. linstar par exemple dun Norbert Elias, Georges Haupt fut un intellectuel dracin頻, qui sut nourrir simultanment de ce dracinement le regard quil porta sur une histoire elle-mme faite de transferts et dchanges, autant que dexils et de ruptures. Saluant en lui lun des derniers reprsentants de lintelligentsia internationale passionne de socialisme, Madeleine Rebrioux ajoutait:

Cet historien avait, avec des militants comme Rosa Luxemburg, Christian Rakovsky ou Jaurs, quil admirait, plus dun trait commun: ce qui les unissait, compte tenu des videntes diffrences, ctait une prodigieuse culture, la volont de dgager du marxisme, par-del les dogmatismes et les modes mutilantes, toutes ses dimensions critiques, et le ferme espoir que la classe ouvrire tait porteuse dune solution internationaliste aux nationalismes quotidiens6.

Si cet espoir ft du, lambition, et les uvres auxquelles celle-ci donna naissance, valent encore que lon sy attarde.

Aujourdhui les nouvelles tudes consacres aux mouvements ouvriers europens, souvent inspires par des dmarches de transferts et dhistoire croise pourront difficilement faire lconomie dun retour ou au moins dun regard critique sur luvre de G. Haupt, incontestablement pionnire dans ces domaines. Irons-nous jusqu recommander ceux qui se tournent aujourdhui vers dautres continents et dont le regard porte davantage sur les pays anciennement coloniss daller (re)lire Haupt? Cela ne nous parat pas infond tant les anthologies de textes dacteurs dcisifs davant 1914, quil avait contribu rditer, contiennent des dveloppements majeurs sur la question nationale7.

Nous tenons pour finir remercier Maria Grazia Meriggi, qui est lorigine de cet ensemble (la plupart des articles sont issus dune rencontre qui sest tenue son initiative lUniversit de Bergame le 21 novembre 2008, loccasion des trente ans de la mort de Georges Haupt), et devons tmoigner du plaisir que nous avons eu coordonner ce dossier avec elle et le mener son terme.

Notes de bas de page :

1.Cit par Georges Haupt, Rle de lexil dans la diffusion de limage de lintelligentsia rvolutionnaire, Cahiers du monde russe et sovitique, vol. 19, n3, juillet-septembre 1978, pp. 235-249, p. 231.
2.Voir la note ncrologique parue dans Jean Jaurs. Bulletin de la Socit dtudes jaursiennes, n69-70, avril-septembre 1978, p. 35. Haupt a appartenu au conseil dadministration de la SEJ de 1967 sa mort. Il a particip aux deux grands colloques de 1964 (Jaurs et la nation) et 1976 (Jaurs et la classe ouvrire).
3.G. Haupt, M. Rebrioux (dir.), La Deuxime Internationale et lOrient, Paris, Cujas, 1967.
4.Voir notamment, Georges Haupt parmi nous. Tmoignages, tudes, textes indits, Le Mouvement social, n111, avril-juin 1980. Hommage Georges Haupt, Cahiers du monde russe et sovitique, vol. 19, n3, juillet-septembre 1978. Un certain nombre darticles majeurs de Haupt ont t par ailleurs recueillis dans un ouvrage posthume: G. Haupt, LHistorien et le mouvement social, Paris, Maspero, 1980. Voir galement la prface quEric Hobsbawm a rdige pour ldition anglaise de ses articles: G. Haupt, Aspects of International Socialism, 1871-1914, Cambridge, Cambridge University Press et Maison des Sciences de lHomme, 1986.
5.Haupt est dailleurs plusieurs reprises mentionn dans larticle que consacre au concept de mouvement ouvrier le trs rcent Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines. Voir Michele Nani, Mouvement ouvrier, dans Olivier Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, ditions Mtaili, 2010, pp. 297-312.
6.M. Rebrioux, Georges Haupt (1928-1978), Encyclopaedia Universalis (article consult en ligne, www.universalis-edu.com).
7.G. Haupt, Michael Lwy, Claudie Weill, Les marxistes et la question nationale, 1848-1914, Paris, Maspero, 1974 (rd. LHarmattan, 1997).

Pour citer cet article :

Jean-Numa Ducange et Marion Fontaine, «Avant-propos », Cahiers Jaurs, N 203, janvier-mars 2012 : «Georges Haupt, lInternationale pour mthode».
En ligne : http://www.jaures.info/collections/document.php?id=1236